Le 29 juin 2019 s’est déroulé l’inauguration de la nouvelle mairie de Châtel-en-Trièves et du bâtiment associatif. L’occasion d’un discours en présence de la population, venue nombreuse, et des personnalités.

 

Madame la Députée,

Monsieur le Sénateur,

Madame la Conseillère régionale,

Monsieur le Conseiller départemental

Monsieur le Président de la Communauté de commune du Trièves

Mesdames et Messieurs les élus, mes chers collègues,

Mesdames et Messieurs,

On n’inaugure pas tous les jours une nouvelle mairie et un bâtiment associatif dans un parc aussi grandiose.

Dans le parcours d’un élu local, c’est un évènement important qui n’arrive qu’une fois, sauf d’avoir une longévité exceptionnelle.

Laissez-moi vous dire combien mon émotion est grande ce jour que je partage avec Jean Pierre Agresti et les élus de notre commune nouvelle de Châtel-en-Trièves.

On dit souvent que la mairie est la maison commune, cela souligne combien ce moment partagé avec vous tous représente un temps fort.

C’est donc tous ensemble que nous allons découvrir et prendre possession de ces nouveaux locaux.

Mais l’inauguration de ces bâtiments n’est pas seulement un temps symbolique. C’est d’abord et avant tout un évènement marquant pour notre commune et ses habitants à qui ces nouveaux bâtiments sont destinés.

Ce site que vous allez pouvoir visiter a une histoire. Jean Pierre Agresti va vous la conter dans un instant.

Notre nouvelle mairie offrira sans aucun doute de plus grandes possibilités fonctionnelles pour nos agents et élus. Au bout du compte, notre objectif à travers ce bel outil, est d’améliorer encore le service rendu à nos habitants.

Bien évidemment, comme cela est prévu dans notre charte, chaque commune déléguée continuera à offrir comme actuellement un accueil au public.

Vous allez pouvoir découvrir également dans ce grand bâtiment, perpendiculaire à la mairie, composé de 2 magnifiques salles voutées, l’espace réservé à notre café-bar épicerie associatif.

Cette réalisation découle d’une volonté commune des équipes municipale et de l’association O’TALON que je dois saluer pour la qualité de leur engagement et leur volontarisme.

L’équation est simple : sans école, sans commerce, sans services publics nos communes rurales sont vouées à la disparition. Personnes d’entre nous ne le souhaite.

Nos deux communes historiques de Cordéac et de Saint Sébastien ont voulu relever ce défi. La commune nouvelle de Châtel-en-Trièves l’a réalisé.

Je veux remercier solennellement :

  • Le CAUE, pour l’aide apportée à l’élaboration de ce projet
  • Le cabinet d’architectes BaBA, représenté par Raphaèle Barnier, maître d’œuvre de ce projet
  • Patrice Carle, architecte associé et pour la direction des travaux.
  • Cécile Forestier et Sophie Bourdin, atelier VERDANCE, pour la conception des extérieurs
  • Cécile Siebert, bureau d’études CEBEA, pour la structure
  • Yves Armani, bureau d’études sur les fluides
  • Régis Pons, bureau d’études ALP-ELEC CONCEPT, pour l’électricité courants faibles
  • Christophe Piot et Eric Martinetti, bureau d’études SOCOTEC, pour les contrôles
  • Régis Magnat et Francis Ansermino, entreprise Trièves Travaux, pour les VRD et les espaces verts
  • Christophe Micheli, entreprise du même nom, pour les démolitions, gros œuvre, charpentes et ossatures
  • Serge Marry, entreprise du même nom, pour les doublages, cloisons et faux plafonds
  • Emmanuel Paret, entreprise du même nom, pour les menuiseries
  • Eric Michaud, entreprise Bossant Lovera, pour les peintures
  • Alex Polin, entreprise SOGRECA, pour les carrelages et faïences
  • David Bailly, entreprise du même nom, pour les sols
  • Angelo Italiano, ateliers Richard, pour la serrurerie
  • Gérard Baret et Yves Ravanat, entreprise INEO, pour l’électricité et courants faibles
  • Jérôme Moutin, entreprise du même nom, pour le chauffage, sanitaires et ventilation
  • Bien évidemment je tiens à remercier nos financeurs :

le Département, la Région, l’Etat, TEPCV, le LEADER et la Caisse d’Epargne

Je veux remercier tout particulièrement :

  • Jean Pierre Agresti et Christophe Bonnet qui se sont investis de manière constante et qui ont subi les inévitables désagréments du déroulement de ce chantier.
  • Nos agents communaux pour leurs expériences apportées à la réalisation des travaux, la recherche des financements et le suivi administratif des dossiers.
  • Les organisateurs de cette journée d’inauguration : Gabriel Pero et Gérard Batou.

Nos associations qui vont animer et présenter leur savoir faire tout au long de cette journée :

  • O’TALON, représenté par Hélène Miller et Gérard Batou
  • Free Mouse, représenté par José Ruiz Carillau
  • Le comité des fêtes de Saint Sébastien, représenté par Mathilde Labadie et Delphine Genevoix
  • Le comité des fêtes de Cordéac, représenté par Stéphane Goubet
  • L’Etalon bastien, représenté par Isabelle Arnaud et Christian Jacquet
  • Ciné Châtel, représenté par Dominique Vetier et Florence Blanchet
  • La Val d’Akor, représenté par justine Nandon et Jacky Agresti
  • Le sou des Ecoles, représenté par Corine Virgone
  • Graines de partage, représenté par Joëlle Jail et Nicole Gourgeau
  • Et Chante Matin, représenté Monsieur Liénard

Un grand merci à vous tous et très bonne journée.

Victor Vecchiato

La commune nouvelle de Châtel-en-Trièves est née le 1er janvier 2017, de la fusion des communes de Cordéac et de Saint-Sébastien. Elle fait suite aux délibérations, prises à l’unanimité, en octobre 2016, par les deux Conseils municipaux et approuvées par le Préfet du Département de l’Isère, en novembre 2016.

Ces deux communes partageaient déjà un historique commun.

Au lendemain de la révolution, en 1790, issue des anciennes paroisses de Saint-Sébastien, de Saint-Martin de Cordéac et de diverses autres paroisses de moindre importance du comté de Morges, était constituée la commune de Saint-Sébastien et Cordéac, commune qui fut alors, et ce jusqu’en 1801, érigée en chef lieu de canton.

Les populations de ce comté dont l’origine remonte à l’époque médiévale, ont été liées durant plus d’un millénaire dans une seule et même communauté. Elles organisaient leur vie autour des abbayes de la Croix de la Pigne et Saint-Sébastien, au pied des « Châtelards» de Puy Boson et de Morges qui assuraient leur défense, dont il ne subsiste aujourd’hui que quelques murailles.

En 1866, soit il y a 150 ans, les dissensions entre communautés religieuses, aboutissaient à la division du territoire et au partage des biens de cette antique terre. Le procès-verbal de la séance du Conseil général du Département de l’Isère du 31 août 1861, reflète bien les raisons de cette séparation : l’étendue du territoire et le climat rendent les communications difficiles, mais surtout la différence de croyance entre communautés protestante et catholique empêche une bonne gestion de l’église et du temple. D’une part, était créée la commune de Saint-Sébastien, rassemblant 500 habitants, d’autre part, la commune de Cordéac, rassemblant 600 habitants.

La population réunie des deux communautés, qui était alors de 1221 habitants au recensement de 1846, chutait à près de 260 au recensement de 1975.

Aujourd’hui, suite aux efforts continus fournis par les municipalités qui se sont succédées, la population est remontée à environ 500 habitants permanents, dont une présence importante de jeunes enfants.

Cette nouvelle génération laisse entrevoir une perspective encourageante, pour assurer et conforter le maintien d’une école; cet élément a présenté un réel intérêt au projet de réunification, donnant naissance à notre commune nouvelle de Châtel-en-Trièves.

 

Septembre 2017